MONSANTO – 40 ans de pollution au PCB dans la ville d’Anniston, en Alabama

Partagez un maximum

MONSANTO – 40 ans de pollution au PCB dans la ville d’Anniston, en Alabama

Comme d’habitude,la version numérique du journal « le monde » nous propose un excellent reportage,le premier d’une série « Contaminations ».

Ce reportage se déroule à Anniston, petite ville américaine en Alabama, irrémédiablement polluée par les déchets hautement toxiques de Monsanto. Monsanto a fabriqué pendant près d’un demi-siècle des substances hautement toxiques – les polychlorobiphényles (PCB) – et a pollué irrémédiablement la ville et ses habitants.

 

Chaine youtube « Le monde »

Les polychlorobiphényles (PCB), aussi appelés biphényles polychlorés (BPC), ou encore parfois improprement dits « pyralènes » (du nom commercial d’un produit de Monsanto à base de PCB autrefois très utilisé en Europe dans les transformateurs).

Source : https://fr.wikipedia.org

 

  • Les polychlorobiphényles (PCB) sont des polluants organiques persistants c’est-à-dire des substances qui se désagrègent très peu dans l’environnement et s’accumulent dans différents milieux, et en particulier le sol.

 

  • La production et l’utilisation des PCB sont interdites depuis 1987. Des arrêtés préfectoraux réglementent la pêche du fait de la contamination des rivières ou de la mer par les PCB qui se sont fixés dans le temps sur les matières en suspension et les sédiments dans les canaux et les cours d’eau.

 

  • L’alimentation constitue la principale source d’exposition aux PCB (90% de l’exposition totale). Les PCB sont surtout présents dans les produits d’origine animale : poissons, viande, œufs, produits laitiers.

 

  • En 2013, sur la base d’indications suffisantes de cancérogénicité chez l’homme et chez l’animal, le CIRC a classé les PCBs comme cancérogènes certains pour l’Homme (Groupe 1). De plus les PCBs de type dioxine ont aussi été classés dans le groupe 1 sur la base de fortes indications d’un mécanisme de cancérogénèse.

 

  • Un premier rapport de la cohorte ELFE paru fin 2016 a montré que les niveaux d’imprégnation aux PCBs mesurés dans le volet périnatal sont inférieurs à ceux mesurés dans les études françaises et européennes antérieures mais supérieurs à ceux mesurés aux Etats-Unis et au Canada. Bien que ces résultats ne soient pas représentatifs, une tendance à la diminution de l’imprégnation aux PCB est constatée, correlée à la mise en place de normes d’émission strictes.

 

  • L’un des objectifs du nouveau plan micropolluant 2016-2021 a pour axe l’amélioration la recherche et développement afin d’identifier les micropolluants, dont les PCB, présents dans les eaux et milieux aquatiques, de caractériser le danger associé et d’évaluer les effets sur la santé et la biodiversité. Des fiches actions ont été rédigées pour répondre à cet objectif et être applicable à plus petite échelle (Ministère de l’environnement, 2016).

Source : http://www.cancer-environnement.fr

Plan micropolluants 2016-2021 pour préserver la qualité des eaux et la biodiversité

 

https://hokoh.fr/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Any Queries? Ask us a question at +0000000000